Humaniste et chrétien

Moine, prêtre, théologien, poète, philosophe, pamphlétaire, Erasme est aussi et surtout philologue (spécialiste d’une langue par l’analyse des textes) et humaniste. A ce titre, il contribue puissamment à l’étude, la restauration et la diffusion d’importantes œuvres antiques, grecques et latines, païennes et chrétiennes.

 

L’humanisme de la Renaissance vise à régénérer la pensée européenne par les littératures antiques. Erasme, en particulier, cherche à concilier les auteurs païens, porteurs de valeurs et d’idées remarquables, avec le christianisme de son époque. Cet « humanisme chrétien » constitue, à ses yeux, un chemin de perfection non seulement pour les individus, mais aussi pour la société européenne toute entière. Il invite dès lors à surmonter les différences régionales et linguistiques, à refuser toute forme de guerre, au nom du christianisme ou même de la simple humanité.

 

Cet universalisme passe par l’usage du latin, langue internationale dans laquelle Erasme excelle et rédige toutes ses œuvres.

 

Retour           Sources

Publicités