Le Libre Arbitre

Vaste question que celle de la liberté de conscience…

 

D’où vient le Mal ? De Dieu ? Impossible, si Dieu est le Bien par définition.

 

De l’Homme alors ? L’Homme est-il libre de faire le mal ? Le Libre Arbitre serait alors cette faculté de choix de l’Homme. La dignité humaine résiderait dès lors dans ses actes, dont il serait pleinement responsable.

 

Soit. Mais tous les humains agissent parfois mal. Sont-ils seulement capables de Bien ? Un humain, si saint soit-il, peut-il vraiment échapper au Mal ?

 

Cette épineuse question remonte l’antiquité (Augustin, Origène). Erasme et Luther s’opposent durement à ce propos.

 

Luther est tourmenté par l’idée de l’enfer. Pour lui, l’homme, même bien intentionné, ne peut échapper au Mal : il est condamné, dès sa naissance et par sa nature de pécheur. Seul Dieu, par sa grâce, peut le sauver.

 

Erasme, par contre, soutient la thèse de la liberté et de la responsabilité humaines. Il relève dans les Ecritures les innombrables invitations à faire le bien : à quoi serviraient-elles si l’Homme n’est capable que de mal faire ? Pour l’humaniste hollandais, l’Homme, si petit, si misérable face à Dieu, est, à son humble échelle, bel et bien libre.

 

De nos jours, le débat continue. La question se pose moins face à un Dieu omnipotent qu’à un déterminisme social ou biologique. Elevés dans tel contexte, avec tel patrimoine génétique, sommes-nous vraiment libres et responsables des choix que nous posons ?

 

Retour           Sources

Publicités